Journal de Bord Tous les articles
Edito

Science-fiction ?

Il y a 40 ans, si on avait prédit à un vigneron que sa clientèle, après une notification de cuvée sur son appli « Vivino », viendrait acheter une seule bouteille – un cru du Muscadet bio à 15 €, issu de raisins vendangés au 15 août – en véhicule électrique depuis Nantes puis en gyropode jusqu’au domaine. Qu’en raison d’un virus mondial, elle porterait un masque et exigerait du gel hydro-alcoolique et que lui-même aurait tendu un crachoir pour promouvoir la consommation modérée, il nous aurait pris pour un fou ou un collapsologue. Aujourd’hui force est de constater que les scénarios d’anticipation les plus fantaisistes sont devenus réalité. Le monde vacille dans ses certitudes et le vigneron de Nantes s’adapte face aux tempêtes. Cet été, les caves du vignoble auront peut être l’occasion d’accueillir un nouveau public, paradoxalement plus proche d’elles, en quête de ses racines et finalement avide de découvrir sa propre région. Le Voyage à Nantes, le Département et les offices de tourisme du territoire ont imaginé des offres et des campagnes de promotion destinées à leurs habitants qui veulent s’offrir une part de chez eux pour l’été. Quand on veut faire de Nantes une ambassade et être fort chez soi, c’est une opportunité à saisir. Le terroir est là, la vigne est magnifique, promet encore un millésime exceptionnel et sans doute historiquement précoce et les bonnes paroles à transmettre sont dans tous les esprits des vignerons. Alors quand en plus les disciples viennent au prophète, on ne sait plus si on est dans le divin ou dans la science-fiction.

L’équipe de rédaction de la Fédération des Vins de Nantes