Journal de Bord Tous les articles
Edito

J’aime mon chef !

« La demande en produits locaux, du terroir ou 100 % origine France qui était en train d’émerger, sortira renforcée de la crise. » C’est ce qui ressort d’une étude de Food Service Vision en avril 2020 qui met en lumière les évolutions de la filière restauration post-Covid au-delà des impacts économiques. La quête du sourcing de proximité va donc se consolider, ce qui devrait contribuer à raffermir les liens entre Nantes et son vignoble. Si le référencement des Vins de Nantes sur les cartes des restaurants de la région, tant en qualité qu’en diversité, saute aux yeux à travers les logos « I Love Muscadet » qui tapissent les devantures des belles adresses, le phénomène d’imbrication entre les deux filières est plus fin. Il s’incarne aussi par des événements de promotion et de solidarité à Nantes ou dans le Vignoble. L’é.Paulée nantaise, la Nuit des Tables de Nantes, les Muscadétours, Le Nouvel ancrage, etc., reflètent le besoin viscéral de connecter en local le vin à la gastronomie et les vignerons aux chefs. Des rencontres s’improvisent dans les vignes ou au piano, des échanges d’expériences réunissent, décomplexent et donnent du sens, et parfois même des amitiés solides se tissent entre les artisans. Les deux mondes affrontent les mêmes enjeux avec des analogies dans la fibre même du métier : celle de la vérité du produit, de l’authenticité de la démarche, du partage des valeurs pour in-fine créer une émotion.

L’équipe de rédaction de la Fédération des Vins de Nantes