Journal de Bord Tous les articles
Actualités

Une charte pour développer les produits locaux en grande surface

Alain Bernier, président de la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, et Yann Trichard, président de la CCI Nantes Saint-Nazaire ont signé la charte avec les représentants de 5 grandes enseignes.

En décembre dernier, la Chambre de Commerce et d’Industrie Nantes Saint-Nazaire, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire et cinq enseignes de la grande distribution (Auchan, Carrefour, Intermarché, Leclerc et Système U) ont signé une charte d’engagement pour développer les circuits courts dans les grandes et moyennes surfaces de Loire-Atlantique.

L’idée de cette charte est née lors du premier confinement en mars 2020. La crise sanitaire a en effet mis en lumière les circuits courts et le besoin d’une alimentation de proximité. En mai dernier, la CCI et la Chambre d’agriculture ont donc réuni les enseignes de la grande distribution pour un premier état des lieux. Changement des habitudes de consommation, difficultés d’écoulement de certains producteurs ou à l’inverse ruptures d’approvisionnement, de ces constats est née cette charte d’engagement.

Concrètement, les chambres consulaires s’engagent à :

  • fédérer les enseignes de la distribution pour développer l’offre locale en magasin ;
  • informer les producteurs locaux des attentes et opportunités des enseignes de la distribution ;
  • accompagner les producteurs locaux pour répondre aux besoins des enseignes ;
  • sourcer les producteurs locaux afin de répondre aux besoins des enseignes.

Les enseignes de GMS prennent également des engagements :

  • Rencontrer les producteurs locaux souhaitant se faire référencer et leur apporter une réponse sous un délai moyen de 1 mois ;
  • Proposer une politique de prix partagée visant à satisfaire les 2 parties ;
  • Proposer une période test et un prix validé avec le producteur local, la période test permettant de valider la valeur produit au regard des attentes client. La période de test validée, l’enseigne s’engage sur un contrat avec le producteur avec une politique de prix partagée ;
  • Développer et promouvoir les produits locaux ;
  • Développer la visibilité des produits locaux.

En ce mois de janvier, la Chambre d’agriculture va engager un travail « avec chaque enseigne pour connaître leurs besoins. En parallèle, nous allons mettre en place un « groupe », « club » de producteurs vendant en GMS pour faire le lien et les accompagner au mieux », indique Fabien Vignal, conseiller en commercialisation circuits courts à la Chambre d’agriculture. Les producteurs locaux, notamment les vignerons, peuvent par ailleurs contacter directement les directeurs de GMS afin de se faire référencer.
Les chambres consulaires dresseront le bilan de cette démarche fin 2021.