Journal de Bord Tous les articles
Dossier

VCI, mode d’emploi

Comme en 2016 et 2017, ces vendanges 2019 sont marquées par une baisse des rendements Les épisodes de gel en avril et en mai ont impacté le potentiel de récolte estimé entre 230 et 270 000 hectolitres en Muscadet. Pour compenser cette perte, il sera possible d’utiliser le VCI, le Volume Complémentaire Individuel. Un VCI dont le volume global s’élève à 35 000 hectolitres en Muscadet.

Le VCI, c’est quoi ?
Créé en 2013 pour les vins blancs et élargi aux vins rouges en 2015, le dispositif du VCI, Volume Complémentaire Individuel, permet de placer en réserve des volumes produits en dépassement de rendement autorisé. Ces volumes peuvent alors servir d’assurance récolte les années où le rendement est inférieur au rendement autorisé, ou en substitution en cas de déficit qualitatif.
C’est à l’ODG d’une appellation que revient de demander à l’INAO la constitution et le niveau de VCI en fonction du potentiel qualitatif et quantitatif du millésime. Celui-ci peut aller jusqu’à 8hl/ha. En 2018, compte tenu du millésime exceptionnel, la Fédération des Vins de Nantes avait toutefois demandé un déplafonnement du niveau de VCI annuel à 11hl/ha pour l’AOC Muscadet Sèvre et Maine, Coteaux de la Loire et Cotes de Grandlieu, avec et sans mention sur lie. Une demande acceptée par l’INAO. La Fédération était en revanche restée dans le cadre du VCI à 8 hl/ha pour le Muscadet AC. Au total ce sont donc 35 000 hectolitres de VCI qui ont été constitués par les vignerons du Muscadet en 2018. Une démarche volontaire de la part des opérateurs, la mise en œuvre du VCI n’étant pas obligatoire. Elle est aussi individuelle, à l’inverse de la démarche qui elle, est collective.

Les vins stockés au titre du VCI ne sont pas considérés en AOC tant qu’ils n’ont pas été revendiqués. Ils sont alors stockés comme des vins produits en dépassement du rendement autorisé. Ils ne peuvent être conditionnés et doivent être stockés à part. Le code rural et de la pêche maritime précise toutefois qu’il « est admis qu’un récipient n’ayant pu être rempli entièrement avec des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée contienne également des vins stockés au titre du volume complémentaire individuel. Cette situation ne vaut que pour un seul récipient par appellation d’origine contrôlée et est dûment inscrite dans les registres prévus par la réglementation vitivinicole et par le cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée concernée ainsi que dans le registre prévu à l’article D. 645-15-1. » Sachez également que si le VCI figure sur la déclaration de stock au 31 juillet, il ne peut être valorisé sur le plan fiscal, étant à cette date, interdit à la vente. Il n’est par ailleurs pas cessible en cas de vente de l’exploitation ou de parcelles.

Comment utiliser le VCI en 2019 ?
Le VCI peut être revendiqué en complément d’une récolte déficitaire, ce qui est le cas cette année. Pour être utilisé, ce VCI doit alors être intégré dans la déclaration de revendication de la campagne 2019. Si la récolte 2019 avec ajout du VCI et achat de moûts et vendanges fraîches est supérieur à 40 hl/ha pour les AOC du Muscadet, l’exploitant doit demander une dérogation à la Fédération des Vins de Nantes avant le début de ses vendanges ou au plus tard pendant les vendanges. Toute demande transmise après les vendanges ne sera pas prise en compte.
Le vin stocké au titre du VCI porte par ailleurs le millésime de l’année où il a été récolté, en l’occurrence 2018. Il peut toutefois être commercialisé sous le millésime 2019 à condition de respecter la règle des 85/15.

Est-il possible de reconstituer du VCI en 2019 ?
La situation ne devrait pas se présenter dans le vignoble de Nantes cette année, mais si le VCI constitué en année N ne vient pas compenser un déficit de récolte ou une qualité jugée insuffisante, il peut être rafraîchi avec de nouveaux jus de l’année N+1. Il est alors revendiqué et le nouveau stock constitué de vins de l’année. Si les vins stockés en VCI ne sont pas revendiqués en année N+1, ils doivent être détruits.

Comment fonctionne le VCI pour les apporteurs au négoce ?
Le VCI est la propriété du récoltant qui incorpora ce volume complémentaire dans sa déclaration de revendication 2019. Pour les apporteurs, la constitution du VCI repose sur un accord préalable avec le vendangeoir et doit faire l’objet d’un avenant au contrat pluriannuel.